MARDI 26 JANVIER, DEGAGEONS LESREFORMES BLANQUER !

Ensemble pour Mettre un coup d’arrêt à la démolition en cours
dimanche 24 janvier 2021
par  Sud Educ Bourgogne

Les raisons des colères des personnels de l’Education ci-dessous et en pièce jointe avec les tracts intersyndicaux de Côte et de Saône et Loire

Tract intersyndical de la Côte d’Or

Mobilisons-nous !
Pour nos salaires, nos conditions de travail, les postes :
Exigeons la revalorisation et un autre budget pour l’Éducation !
Tout nous conduit à l’exigence de plus d’éducation pour tous les
jeunes dans un contexte où les inégalités continuent à se creuser et où les réformes menées par le ministre les aggravent.

Or, le Parlement a adopté un budget qui est loin de traduire l’ambition éducative dont notre pays a besoin. En effet, il ne prend pas la mesure de l’augmentation des effectifs, de la situation sanitaire qui nécessite des mesures pour faire baisser les effectifs dans chaque classe, de la maternelle au lycée ni de l’état de fatigue des personnels, épuisés par des années de dégradation de leurs conditions de travail.

Il faut en urgence engager les recrutements nécessaires, notamment en recourant aux listes complémentaires.

Dans le budget 2021, la nécessaire revalorisation des personnels ne trouve qu’une traduction minimale avec 400 millions d’euros prévus. C’est très peu ! De fait, l’essentiel des mesures proposées pour 2021 ne concerneront qu’une minorité des personnels.
Les stagiaires, les AED et les AESH en particulier ne se voient rien proposer.

Dans ce contexte, le Grenelle du ministre est inacceptable : il vise à modifier le fonctionnement de l’école, les missions et les statuts des enseignants.

Les organisations exigent un budget qui renonce aux suppressions
d’emplois et aux réformes destructrices, qui engage un rattrapage des pertes salariales subies, grâce à un plan pluriannuel de revalorisation et de création de postes pour répondre à tous les besoins, en commençant par les plus urgents. Elles demandent la
mise en œuvre d’une autre politique éducative que celle menée jusqu’à présent par le Ministre de l’Éducation Nationale.

Les organisations appellent à la grève le mardi 26 janvier pour exiger une autre politique éducative avec :

 des créations de postes à hauteur des besoins,
 le dégel de la valeur du point d’indice et des mesures significatives de revalorisation de nos salaires et de nos carrières.
Elles engagent les personnels à construire dès maintenant une dynamique de mobilisationpar des actions locales, des AG, des HIS, etc

Tract intersyndical Saône et Loire  :

Ce constat est le même dans tous les services (administratifs, infirmiers, assistantes sociales etc.), il y a pénurie de
personnels partout !

Loin de répondre aux revendications, le ministre se moque des personnels !

Les mobilisations spontanées de novembre ont permis d’obtenir quelques moyens provisoires et précaires ; ce qui se traduit dans l’Académie de Dijon par le recrutement, pour seulement trois mois, de 50 contractuels dans le premier degré et 163 ETP d’AEd dans le second degré.

En réalité le budget 2021 valide encore de nouvelles suppressions d’emplois : dans l’Académie de Dijon 113 emplois supprimés dans le 2d degré et aucune création pour le 1er degré.

Le ministre ignore l’importante mobilisation des personnels de vie scolaire du 1er décembre où les AED demandaient de meilleures conditions de travail, le respect de leurs missions, un meilleur statut et une meilleure rémunération.

Des miettes, loin de constituer une revalorisation, sont jetées avec mépris :

Une prime d’équipement famélique de 150 € par an qui exclut une partie des personnels ;
• Une faible prime d’attractivité dégressive qui propose 100 € par mois au 2e échelon pour atteindre seulement
35 € au 7e échelon et plus rien ensuite, excluant ainsi 2/3 des personnels ;
• Et seulement 1 % d’augmentation du taux de promotion à la hors classe.

En 1981, un enseignant niveau licence en début de carrière percevait 2 SMIC, en 2020, niveau Master 2, il ne touche
plus que 1,2 SMIC.

Le ministre utilise la situation sanitaire et le « Grenelle » pour attaquer les statuts, la liberté pédagogique et individualiser d’avantage les carrières

Formations en constellation pour le 1er degré ;
• Formations pendant les congés scolaires pour le second degré ;
• Généralisation d’un « management » par les RH de proximité ;
• Projet de loi Rilhac sur la direction d’école ;
• Prime d’équipement prétexte pour imposer le télétravail ;
• Recours accru aux contractuels.
Personnels de l’Éducation Nationale exigeons ensemble la satisfaction des revendications
• Création rapide et massive des postes statutaires à hauteur des besoins dans tous les services publics
d’éducation
• Hausse immédiate des salaires et des pensions sans contrepartie avec ouverture immédiate de négociations
en vue d’un rattrapage de la perte de pouvoir d’achat subie depuis 2000, dégel de la valeur du point d’indice,
intégration des primes et indemnités dans le salaire ;
• Reconnaissance d’un réel statut avec un vrai salaire pour les AESH ;
• Respect des libertés et des droits avec l’abandon de la loi relative à la Sécurité Globale ;
• Abrogation de toutes les contre-réformes destructrices de l’Education nationale et rétablissement d’un
baccalauréat national avec des épreuves terminales anonymes et ponctuelles.

Tous en grève, le mardi 26 janvier 2021


Documents joints

PDF - 238.1 ko
PDF - 276.9 ko

Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Nous contacter

07 80 03 28 70

contact@sudeducbourgogne.org

2 rue du parc, 71100 Chalon-sur-Saône