COMMUNIQUE DES PROFESSEURS DE BIOTECHNOLOGIE

LES CONTRE-REFORMES « BLANQUER » DESORGANISENT NOS METIERS DESORGANISONS LEUR SYSTEME
vendredi 28 juin 2019
par  Sud Educ Bourgogne

Communiqué de la commission de correction biotechnologies et CBSV

Nous, professeurs de biotechnologies de l’Académie de Dijon, non syndiqués et syndiqués, nous sommes réunis en AG avant la commission de correction du baccalauréat 2019, le mercredi 26 juin 2019.

Nous sommes opposés à la loi sur l’école de la confiance, et à la réforme du lycée et du baccalauréat pour plusieurs raisons :
En ce qui concerne la loi sur l’école de la confiance
L’article 1 impose un devoir d’exemplarité qui réduit la liberté d’expression des enseignants.
En ce qui concerne la réforme du lycée général et technologique

  • Elle est l’outil qui prolonge et renforce la logique de sélection de Parcoursup : il s’agit de faire entrer les élèves dans la contrainte de places réduites, inégalement réparties dans les établissements selon leur implantation, et non de leur donner réellement la possibilité de choisir leur parcours.
  • Si le bac passe à 40% en contrôle continu, sa valeur variera avec la réputation du lycée où il est passé ; ce qui aura un impact sur les poursuites d’études.
  • La réforme réduit le nombre d’heures et de postes : disciplines inégalement implantées et parfois mutualisées ; « classes » éclatées ; groupes prévus de base à 35, allègements et dédoublements soumis aux choix locaux et non garantis.
  • La Réforme entraîne des suppressions de postes en développant les cours par visio-conférence et par le CNED.
    En ce qui concerne la voie STL biotechnologies
    Lors de la dernière réforme (réforme Chatel), la voie STL biotechnologies a subi de nombreuses modifications avec des fusions de disciplines (biochimie- microbiologie- biologie humaines) et des suppressions d’heures, ce qui a desservi plus que favorisé les apprentissages pratiques et théoriques des élèves. L’autonomie des établissements pour la répartition des heures de groupes n’a fait qu’accentuer les différences entre lycées, mettant en valeur, ou non, la voie technologique.
    La nouvelle réforme, telle qu’elle a été décidée, ne fait que prolonger la précédente. Elle manque cruellement d’ambition pour les voies technologiques :
  • Les enseignements d’exploration obligatoires en seconde, qui permettaient à de nombreux élèves de découvrir les biotechnologies deviennent optionnels, ce qui risque de diminuer l’orientation vers la STL biotechnologies.
  • La promotion de la voie technologique est inexistante et cette voie apparaît comme un choix par défaut alors qu’elle apporte de solides connaissances pratiques et théoriques.
  • Le manque de cadrage national des horaires de groupe ne permet pas une lisibilité suffisante pour les parents alors même que les travaux pratiques sont un atout indéniable de la STL.
  • Les programmes de biotechnologies et biochimie-biologie sont plus denses : ils demanderaient une augmentation des horaires dans ces deux disciplines alors même que les épreuves de contrôle continu et terminales sont avancées dans l’année scolaire ;
    La voie STL biotechnologies mérite mieux que ce que cette réforme prévoit. Cette voie doit permettre d’assurer une formation pratique de qualité dans le domaine des biotechnologies assurant un épanouissement de tous les élèves. Elle offre de nombreux débouchés allant de BTS à la classe préparatoire, en passant par l’université et les IUT. Nous refusons son déclassement et qu’elle serve d’ajustement aux voies générales.

Nous revendiquons :
• L’abrogation de la réforme du lycée et le retrait de la loi pour l’école de la confiance ;
• Le maintien d’un baccalauréat national premier grade universitaire, passé dans des épreuves communes, nationales, terminales, ponctuelles et anonymes ;
• Le retour à des dédoublements obligatoires et garantis nationalement dans toutes les séries dès que la division dépasse les 25 élèves.
• L’augmentation du nombre d’heures d’enseignement pratique et dirigé pour garantir une formation ambitieuse.
Les enseignants de biotechnologies réunis en commission d’entente.


Documents joints

Word - 30 ko