Mobilisons-nous face à la répression anti-syndicale et aux abus hiérarchiques

Soutien à notre camarade Kai Terada
lundi 10 octobre 2022
par  Sud Educ Bourgogne

Dimanche 4 septembre, Kai Terada, co-secrétaire départemental de SUD éducation 92 et enseignant au lycée Joliot-Curie de Nanterre (92), s’est vu notifier par le rectorat une suspension de 4 mois.

Jeudi 22 octobre, au lendemain d’un rassemblement d’ampleur devant le ministère, Kai recevait du rectorat son arrêté d’affectation dans un établissement, rendant effective la "mutation dans l’intérêt du service" dont il fait l’objet.

Il s’agit manifestement d’un nouveau cas de répression anti-syndicale. Les justifications données par le rectorat à sa mutation mentionnent notamment le fait que son militantisme déborde « l’exercice normal d’une activité syndicale". Et effectivement, Kai est bel et bien un militant syndical actif au niveau local, régional comme national, depuis de nombreuses années : c’est cela qui a motivé l’administration a engager des poursuites contre lui.

Avec Macron, la répression anti-syndicale a pris une ampleur inédite, dans les rassemblements, manifestations, et y compris dans les établissements scolaires. La mobilisation contre la mise en place des E3C en 2019 a entraîné une vague de répression très forte, contre les personnels et les lycéen-e-s. dont les cas les plus emblématiques ont été ceux du lycée de Melle (79) et du lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (63). Nos organisations s’étaient fortement mobilisées pour
soutenir les collègues.

La répression contre Kai Terada s’inscrit également dans une vague de procédures de mutations "dans l’intérêt du service", en réalité des opérations de répressions anti-syndicales déguisées. Celles-ci, facilitées par la loi de transformation de la Fonction publique de 2018, sont devenues un outil, pour la hiérarchie administrative, pour se débarrasser à peu de frais des enseignant·es syndicalistes, sans procédure contradictoire. C’est bien souvent le "climat" de l’école ou de l’établissement qui est invoqué de manière abusive.

Cette vague de répression se poursuit donc sous le ministère Ndiaye. Elle doit cesser
définitivement : les droits syndicaux, le droit de grève et de manifestation ne doivent en aucun cas être entravés.

Nous exigeons que Kai Terada soit rétabli immédiatement dans ses fonctions et que le motif de la suspension lui soit communiqué. Nous dénonçons cette tentative d’intimidation contre l’exercice du droit syndical.

Sud éducation Bourgogne appelle l’ensemble des personnels à soutenir les collègues victimes de répression anti-syndicales et, plus largement, des abus de pouvoirs hiérarchiques. Signaler, se réunir pour réagir collectivement, défendre nos droits... Refuser le « soit prof-aesh-aed ou tais-toi » !



Documents joints

<span class="caps">CP</span>