AESH, luttons contre les décisions arbitraires et iniques de non renouvellement de contrat !

lundi 11 juillet 2022
par  Sud Educ Bourgogne

En Bourgogne, si vous êtes AESH, être malade peut vous conduire à la porte !

Malgré la maigre avancée qui a consisté à proposer aux AESH deux CDD de 3 ans au lieu de 6 CDD d’une année, les pratiques arbitraires de non renouvellement n’ont pas pour autant cessé dans l’académie.

Vous recevez tout d’abord une lettre lapidaire vous conviant à un entretien de non-renouvellement au lycée Niepce, établissement centralisant dorénavant la gestion d’une grande partie des contractuels AESH et AED de l’académie. Au regard de l’étendue du territoire, la première difficulté consiste tout simplement à pouvoir s’y rendre ! Une fois sur place, vous êtes reçu.e par M. le proviseur du lycée mutualisateur et Mme la cheffe du service mutualisateur de paie qui vous exposent succinctement la raison de votre présence, à savoir qu’il est « envisagé » de ne pas vous renouveler à la rentrée de septembre. Pas de surprise, il sera invoqué le sacro-saint « intérêt du service » ou alors « votre insuffisance professionnelle ». Vous pouvez alors demander des explications et y répondre en présentant vos arguments.
La mise en scène ne masque pas longtemps le fond du problème. Si vous avez une maladie chronique, si vous avez été placé.e en ASA par l’administration du fait de votre vulnérabilité à la Covid ou de celle d’un.e de vos proches, si vous avez subi des violences vous ayant amené à être en arrêt de travail, si un accident du travail vous à contraint.e à vous absenter trop longtemps, vous aurez le tort, non avoué de but en blanc, de nuire à « l’intérêt du service » dans le langage managérial.

Que l’administration, ne prenant ni en compte votre situation personnelle, ni les préconisations de votre médecin, ait aggravé vos soucis de santé, argument balayé, dégagez !

Cette situation est scandaleuse et à la hauteur du mépris de l’éducation nationale pour les personnels les plus précaires et particulièrement exposé·es qui n’ont reçu aucun matériel de protection spécifique malgré les demandes répétées des organisations syndicales dont SUD éducation (notamment des masques FFP2) et dont les situations personnelles liées à leur handicap ou à leurs vulnérabilités médicales ne sont que trop rarement prises en compte.

SUD éducation se tient aux côtés des collègues ! Faites respecter vos droits, soyez accompagné.es face aux hiérarchies, contestez les décisions iniques.