Rendez-vous salarial du 6 juillet : Rien à la hauteur des enjeux et nécessités

Article publié le 9 juillet 2021
samedi 10 juillet 2021
par  Sud Educ Bourgogne

Présidé par la ministre de la fonction publique, ce rendez-vous
salarial a été renommé pompeusement « conférence salariale
 » afin, a-t-elle indiqué de marquer un effort de concertation,
et de tracer des perspectives salariales ...

Alors que l’engagement des agent-es publics a été entier au
cours de cette crise sanitaire qui dure toujours, ils et elles ne
trouvent pas pour autant la reconnaissance de leurs efforts
avec ce gouvernement libéral qui privilégie les premièr-es
de cordée et pénalise toujours plus les premièr-es de corvée : l’ingratitude de la situation des personnels invisibilisés
jusqu’ici - souvent des femmes- s’est dévoilée au grand jour.

Le point d’indice reste gelé
Face à la demande unanime des 9 organisations de la fonction publique de revalorisation du point d’indice, gelé depuis
2010, la ministre a répondu que sa revalorisation n’est pas un
remède en soi, qu’il coûte trop et ne rapporte pas assez, qu’il
accentue les inégalités. Il faut ainsi selon la ministre s’orienter
vers « une grande réforme du système de carrières et rémunération ».

On appréciera... et on anticipe déjà le lien avec un
futur retour de la réforme des retraites. Le pouvoir d’achat
des agent-es publics va donc continuer de s’éroder (-20%
depuis 2000).

Sans que cette mesure soit l’unique revendiquée par Solidaires qui exige également l’attribution de points d’indice de
manière identique pour tous-tes, elle reste indispensable !
Pas de mesure générale non plus
La ministre a ensuite énuméré les mesures catégorielles disparates prises au fil du temps et au coup par coup : PPCR,
la revalorisation des soignants du Ségur de la santé, la petite
revalorisation du médico-social (EHPAD), la revalorisation
des enseignant-es en début de carrière .... etc... Face aux remarques quant au fait que ces mesures ont été parcellaires,
catégorielles et bien souvent injustes, et à la revendication
de mesures générales formulée par Solidaires et d’autres organisations, la ministre a asséné que les mesures générales
sont injustes et qu’elle ne croit pas aux mesures générales
indifférenciées. Surtout elles coûtent trop cher au goût du
gouvernement...Passez votre chemin.

Bas salaires, catégorie C : des mesures parcellaires

Au 1er janvier 2022, le traitement indice 309 qui concerne
les fonctionnaires stagiaires et nombre de contractuel-les
sera revalorisé à l’indice majoré 337 pour le grade C1 et
l’indice majoré 338 pour le grade C2 (indices de pied de
grade), afin de conserver la référence au SMIC pour elles et
eux aussi.

Un petit coup de pouce est donné avec une bonification
d’ancienneté d’une année aux agents de catégorie C au 1er
janvier 2022, et l’octroi d’une réduction d’un an de durée
dans les grades C 1 et C2 sur les trois versants sur les 6
premiers échelons.

La mesure annoncée par la ministre de revalorisation de 40
à 100€ n’est en fait pas aussi belle qu’il y paraît. Il s’agit
en fait d’une moyenne qui intègre par ailleurs les 15€ bruts
de Protection Sociale Complémentaire, qui ne concerne pas
tous-tes les agent-es notamment de la FPT et par ailleurs
déjà annoncée à de multiples reprises par la ministre. On est
ainsi bien loin des 1,2 millions d’agent-es concerné-es affichés par la ministre.

Pour Solidaires, ces mesures, parcellaires, ne suffisent pas
à pallier l’indigence de la rémunération des agent-es de ca
tégorie C.

Grilles indiciaires : quelle reconnaissance de la qualification des agents ?

Au-delà de cette annonce pour la catégorie C, rien pour les
autres catégories.
Le bas de grille de la catégorie B est très proche du SMIC
elle aussi. Il faudra par ailleurs étudier en détail les conséquences des annonces de la ministre qui pourrait engendrer
des chevauchements de carrière.
De manière générale, les grilles indiciaires des agent-es de
toute catégorie (C, B, A) ne correspondent pas à leur niveau
de qualification : Solidaires revendique des carrières linéaires
revalorisées pour toutes les catégories.
Des inégalités croissantes dues à une politique libérale de reconnaissance du « mérite »

Solidaires a souligné que les inégalités vont croissantes,
entre versants, entre catégories, entre hommes et femmes,
et cette détérioration est largement dû au développement
anarchique de l’indemnitaire,

Solidaires revendique l’attribution d’un nombre de points
identique à tout-es, ce qui réduirait les écarts, ainsi que la revalorisation des filières féminisées (grilles indiciaires revalorisées). Le gouvernement parle de l’égalité F/H, sans la mettre
en œuvre. Solidaires a demandé l’élaboration d’un bilan du
développement de l’indemnitaire, tandis que la ministre souhaite faire un bilan du RIFSEEP qui vient d’être étendu au
territorial...

La ministre a enfin annoncé une conférence salariale pour « 
une remise à plat de la structure de la rémunération » avec
une concertation qui s’étendra de septembre 2021 à février
2022 : les élections présidentielles se rapprochent. Les
thèmes abordés : déroulement de carrière, égalité F/H, structure de la rémunération et contractuel-les. Un bilan préalable
du RFSEEP et de PPCR sera effectué.

Sera mis en place aussi un baromètre des salaires incluant
un baromètre Egalité : mesure de temporisation alors que
des mesures d’urgence devraient être prises.

Solidaires a souligné que si la fonction publique manque
d’attractivité, c’est bien du fait de la faiblesse de ses rémunérations : petits salaires et petites retraites le plus souvent...


Documents joints

PDF - 168.7 ko

Agenda

<<

2021

 

<<

Août

 

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2627282930311
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Nous contacter

07 80 03 28 70

contact@sudeducbourgogne.org

2 rue du parc, 71100 Chalon-sur-Saône